Les 7 corps de l’être humain

Sources : https://soins-spirituels.com/definitions-esoterisme-spiritualite/

« L’homme est constitué de sept corps imbriqués les uns dans les autres. Ils sont tous dans le corps physique sur des plans énergétiques parallèles. Du plus dense au plus subtil , de l’extérieur vers l’intérieur:

Le corps physique , le corps éthérique , le corps astral , le corps mental , le corps causal , le corps vital Divin, le corps d’Esprit Divin.
Les 4 premiers sont de forme humaine, les 3 derniers sphériques car non développés et centrés sur le chakra du cœur. Ne pas confondre avec les auras qui sont le dégagement ou souffle énergétique de ces corps.« 

Liste des 7 corps

  • Le corps physique / minéral
  • Le corps éthérique / vital / dynamique / végétal
  • Le corps astral / émotionnel / animique / psychique
  • Le corps mental / le « Moi » matériel
  • Le corps causal / Le « Moi » spirituel
  • Le corps spirituel / bouddhique / l’ Esprit de Vie (vital Divin)
  • Le corps divin / christique / atmique / Esprit Divin

Sources : Rudolf Steiner – Science Occulte (pdf gratuit : http://anthroposophie.doc.pagesperso-orange.fr/pdf/science_occulte_RS_JS.pdf )

Métaphore de l’Arbre

« Voyons maintenant les correspondances que nous pouvons établir entre l’arbre et nos différents corps :
Les racines correspondent au corps physique,
le tronc au corps astral et les branches au corps mental.
Ensuite les feuilles correspondent au corps causal,
les fleurs au corps bouddhique,
les fruits au corps atmique »
Source : Aivanhov « Vous êtes des dieux », Prosveta, 1997, p. 85.

1. Le corps physique / minéral

« L’occultisme appelle corps physique cette partie de la manifestation par laquelle l’homme ressemble au règne minéral. […] .Sans doute, disons-nous, qu’il existe dans le corps physique les mêmes substances et les mêmes forces que dans le règne minéral : mais leur activité pendant la vie est soumise à une puissance qui leur est supérieure : c’est à l’instant de la mort seulement que, livrées à elles-mêmes, elles se comportent comme il leur est naturel de se comporter, c’est-à-dire qu’elles agissent en forces destructrices de l’élément physique. »

C’est le véhicule que notre âme incarne pour expérimenter sur cette terre les évènements de la vie. Il est connecté à notre chakra racine. Le corps physique est constitué de matière dense et est donc par rapport aux corps suivants celui qui vibre  le plus lentement. Plus les corps subtils sont éloignés du corps physique et plus ils vibrent rapidement.

2. Le corps éthérique / vital / dynamique / végétal

« Cette forme disparaît progressivement et le corps physique se perd dans le règne minéral quand la mort est survenue. Le clairvoyant peut observer comme un élément distinct dans l’entité humaine, ce qui pendant la vie empêche les substances minérales d’agir suivant leurs lois propres, c’est-à-dire pour la destruction du corps physique. Il nomme cet élément distinct corps éthérique ou corps vital«  […]

« Le mot « corps éthérique » n’implique rien de ce qu’on pourrait appeler corporel au point de vue des sens, quelque subtil qu’on puisse l’imaginer. On est bien forcé d’employer pour les réalités supérieures les mots de la langue usuelle, mots forgés pour exprimer les phénomènes perçus par l’observation des sens.« 

 » Contentons-nous de dire ici qu’il pénètre de toutes parts le corps physique, dont il faut le regarder en quelque sorte comme l’architecte. Tous les organes physiques sont maintenus dans leur forme et dans leur structure grâce aux courants et aux mouvements du corps éthérique. Au cœur physique correspond un cœur éthérique, au cerveau physique un cerveau éthérique. Mais alors que dans le corps physique les parties sont distinctement séparées, au contraire, tous les éléments éthériques sont entraînés dans le remous vivant d’une incessante circulation.« 

« De même que le corps physique est commun à l’homme et aux minéraux, de même le corps éthérique est commun à l’homme et aux végétaux. Tout ce qui vit possède un corps éthérique […]. L’occultiste se sert, pour expliquer cette conception, des phénomènes du sommeil, comme il s’est servi du phénomène de la mort pour donner une idée du corps éthérique. »

On l’appelle corps vital car c’est lui qui « anime« , rend « dynamique » le corps physique. Sans lui le corps serait sans vie. Il serait exactement comme un corps de chair dans une morgue ; incapable de bouger. Dans la Genèse 2:7 il est écrit : « Dieu forma l’homme de la poussière du sol, et il souffla dans ses narines un souffle de vie, et l’homme devint un être vivant. « En effet, sans « souffle de vie » (corps éthérique), l’homme serait « inanimé » (litt. sans âme) et donc, sans vie.

C’est dans ce corps subtil que se trouvent les méridiens, canaux d’énergie, et les chakras qui captent les énergies cosmo-telluriques et les redistribuent dans tous les corps. Ce corps est connecté au chakra sacré.

3. Le corps astral / émotionnel / animique / psychique – Siège de la Conscience

« Toute œuvre humaine repose, extérieurement du moins sur l’activité de l’homme à l’état de veille. Cette activité est possible parce que l’homme trouve dans le sommeil la reconstitution de ses forces épuisées. Action et pensée, joie et douleur disparaissent dans le sommeil. Au réveil, l’homme se trouve muni de forces conscientes, jaillies mystérieusement des sources profondes de l’inconscient. C’est la même conscience qui, pendant le sommeil, disparaît dans un abîme et qui surgit à nouveau au réveil. L’élément qui, d’après l’occultisme, ressuscite la vie consciente du domaine de l’inconscient, est le troisième organisme de l’entité humaine. On le nomme corps astral (ou corps animique/émotionnel/psychique).« 

« Comme le corps physique est commun à l’homme et aux minéraux, le corps éthérique commun à l’homme et aux végétaux, de même le corps astral de l’homme l’apparente aux animaux. Un corps éthérique livré à lui-même serait dans un état permanent de sommeil et entretiendrait dans le corps physique une vie purement végétative. Un corps éthérique éveillé est un corps éthérique illuminé par l’astral. « 

« […] Le corps astral reste présent lors du sommeil, quoiqu’il apparaisse comme séparé et pour ainsi dire soulevé hors du corps éthérique. Les plantes sont plongées dans un sommeil éternel (car elles ne possèdent pas de corps astral). »

« Le corps astral accomplit son œuvre de veille à l’intérieur du corps physique.
Pendant le sommeil il travaille au bien du corps physique, mais de l’extérieur.
De même que le corps physique est ainsi encadré par le monde physique auquel il appartient, de même le corps astral fait partie de son propre univers ; mais par l’état de veille, il est arraché à son monde.
« 

« On peut éclairer ce qui se passe par une comparaison. Imaginez un tonneau rempli d’eau. Dans cette masse d’eau une goutte ne saurait représenter une chose séparée. Mais prenez une petite éponge et pompez une goutte de la masse liquide. C’est à peu près ce qui se passe avec le corps astral au moment du réveil. Pendant le sommeil, il fait partie d’un monde de même essence que lui. Il en est solidaire.
Mais au moment du réveil, il est absorbé de nouveau par le corps physique et éthérique.
Il les remplit pour ainsi dire. « 

« Au réveil, il y apporte aux autres corps assez de forces pour pouvoir se passer de cet unisson pendant quelque temps. Le corps astral pendant le sommeil retourne dans sa patrie, et il en fait descendre dans la vie des forces nouvelles. »

« […] Mais l’élément humain qui confère à la connaissance sa durée est l’âme. On voit
tout de suite combien est étroite l’union dans l’homme entre le corps astral et cette partie de l’âme qui confère à l’expérience sa permanence dans l’être. Tous deux forment en quelque sorte un organisme unique dans l’être humain. Aussi, si l’on veut des dénominations précises, doit-on appeler le corps astral de l’homme corps animique et l’âme, âme-sensibilité dans la mesure où elle est unie à ce corps.
« 

C’est également avec ce corps subtil que nous voyageons dans nos rêves. Il permet de se déplacer dans les plans astraux. Il est relié au chakra du plexus solaire.

4. Le corps mental / le « Moi » matériel – Siège de la mémoire

Rudolf Steiner aborde la définition du 4iem élément de l’être humain sur base d’une analyse de la « faim » entre l’homme et l’animal. =>

 » La conscience du Moi existe seulement lorsque ce ne sont plus ces conditions nouvelles qui entraînent l’être à la recherche de sa pâture, mais bien un désir, né de la satisfaction antérieure de l’appétit, désir dont la conscience est demeurée en lui : de sorte que ce n’est pas l’expérience actuelle de la faim, mais bien l’expérience passée de l’appétit satisfait qui le pousse à se repaître.« 

« Oublier est pour l’astral ce que mourir est pour le physique et dormir pour l’éthérique. On peut aussi dire que l’apanage du corps éthérique est la vie, l’apanage du corps astral est la conscience et le bien propre du Moi est la mémoire.

Le souvenir et l’oubli sont pour le Moi des phénomènes équivalents à ceux de la veille et du sommeil pour le corps astral. De même que le sommeil fait disparaître dans un néant les soucis et les inquiétudes du jour, de même l’oubli étend un voile sur les expériences fâcheuses de la vie et éteint ainsi toute une portion du passé. Et comme le sommeil est nécessaire pour réparer les forces vitales épuisées, de même il faut que l’homme efface de son souvenir certaines parties de son passé afin de pouvoir aborder les expériences nouvelles, libre et sans prévention. »

« Le Moi s’élève d’un degré lorsqu’il dirige son activité sur le résultat des perceptions
extérieures dont il a fait son bien. Cette activité est celle, grâce à laquelle le Moi s’abstrait de plus en plus des objets de la perception pour élaborer ce qu’il s’en est assimilé. La partie de l’âme où s’accomplit ce travail peut s’appeler âme-raison ou entendement
.

 » Le Dieu qui habite dans l’homme se révèle quand l’âme se reconnaît comme Moi. De même que l’âme-sensibilité et l’âme-raison vivent dans le monde extérieur, ainsi la troisième activité de l’âme plonge dans le monde divin, tant qu’elle s’élève à la conscience de son essence propre. « […]
« L’homme peut trouver en soi un élément divin parce que la racine même de son être est venue du divin. Ainsi par la troisième activité de son âme, l’homme acquiert une connaissance intérieure de soi-même comme il acquiert par le corps astral une connaissance du monde extérieur. « 

« Aussi l’occultisme nomme-t-il ce troisième aspect de l’âme, âme-conscience, et d’après lui l’âme se répartit ainsi en trois fonctions : l’âme-sensibilité, âme-raison et âme-conscience, comme l’élément corporel en trois parties : le corps physique, l’éthérique et l’astral. […] Dans l’âme-conscience la réalité cachée pénètre pour ainsi dire nue et sans voiles dans le sanctuaire intérieur de l’âme. Elle y apparaît comme une goutte détachée de l’océan de l’universelle réalité originelle. Mais c’est pourtant là que l’homme doit tout d’abord la saisir, cette réalité originelle. Il doit la reconnaître de soi-même avant de la découvrir dans l’univers qui la manifeste. Cette réalité qui comme une goutte d’eau pénètre dans l’âme-conscience, l’occultisme la nomme esprit.« 

« Au fond toute civilisation et tout effort spirituel de l’homme consiste en un travail qui a pour but la maîtrise du Moi. Et tout homme actuellement vivant est entraîné à ce travail, qu’il le veuille ou non, qu’il en ait conscience ou non. »

Le corps mental est relié au chakra du cœur.

5. Le corps causal / « Moi » Spirituel

« Lorsque par le travail que le Moi accomplit sur la substance animique, l’homme est devenu maître de cette substance, de telle sorte que l’âme voit surgir en elle la réalité que cachait sa forme manifestée, il peut étendre ce travail à un autre domaine : le corps astral. Ainsi le Moi se rend maître à son tour de ce corps astral en s’unissant avec la substance spirituelle latente dans ce corps. Ce corps astral conquis par le Moi et transformé par lui s’appelle en occultisme le Moi-Spirituel (c’est là l’organisme que la théosophie désigne par le mot oriental Manas). Le Moi-Spirituel constitue une réalisation supérieure de l’être humain qui existe en tout temps à l’état de germe chez l’individu et qui surgit progressivement au cours de son travail d’évolution. »

Rudolf Steiner ne donnant pas plus d’infos sur le sujet, voici certaines autres informations que j’ai pu trouvé à ce sujet :

– C’est ici que nous emmagasinons la mémoire de toutes nos vies antérieures, de nos expériences passés, et des acquis dans notre vie actuelle. Tous nos traumatismes passés sont inscris ici et peuvent affecter notre vie présente. Figure également ici la cause de notre réincarnation actuelle, les buts et missions que nous sommes fixés d’expérimenter dans cette vie. Ce corps permet donc d’avoir accès aux annales akashiques. Il est le siège de la conscience supérieure.

Le corps causal est relié au chakra de la gorge.

6. Le corps spirituel / bouddhique / l’ Esprit de Vie

« Ainsi, ce n’est pas en se livrant simplement à la joie et à la douleur, au plaisir et à la peine que le Moi travaille à transformer le corps astral, mais au contraire, en modifiant dans leur caractère propre ces états d’âme ; et de même, c’est seulement quand le Moi consacre ses soins à transformer ses traits de caractère, qu’il étend son activité au corps éthérique. Et il est, également vrai que tout homme, consciemment ou non, accomplit une partie de cette œuvre. Les instincts les plus puissants qui, dans la vie ordinaire coopèrent à ce travail, sont les sentiments religieux.

Lorsque le Moi se laisse influencer par les inspirations qu’il trouve dans la religion, ces inspirations finissent par former en lui une force qui agit profondément sur le corps éthérique et le modifie, de la même manière que des inspirations moins fortes agissent sur le corps astral dans le cours de l’existence. […] les inspirations religieuses impriment à la pensée, au sentiment et à la volonté la marque de l’unité. Elles répandent progressivement dans toute la vie de l’âme la clarté harmonieuse de l’unité intérieure.


« Il en est de même de l’influence qu’exerce sur l’homme l’art véritable. Lorsqu’à travers la forme extérieure, la couleur ou le son d’une œuvre d’art, il peut par la force de son sentiment et de son imagination pénétrer jusqu’au substratum spirituel de cette œuvre, les impulsions que reçoit alors le Moi se transmettent en réalité jusqu’au corps éthérique. »

« L’occultisme considère cet organisme comme le deuxième aspect de l’esprit dans l’homme, il l’appelle l’Esprit de Vie. (La théosophie lui donne le nom oriental de Buddhi.) L’expression Esprit de Vie est parfaitement exacte parce que l’Esprit qu’elle désigne est animé par les mêmes forces que le corps de vie. Mais ces forces lorsqu’elles se manifestent dans le corps de vie n’ont rien à faire avec l’activité du Moi au lieu que le Moi les pénètre profondément de son activité lorsqu’elles animent l’Esprit de Vie.« 

« L’évolution intellectuelle de l’homme, la purification et l’ennoblissement de ses vouloirs et de ses sentiments, tel est le critérium de la transformation du corps astral en Moi spirituel. Ses expériences religieuses et autres s’impriment dans son corps éthérique et le transforment en Esprit de Vie. Mais, alors que ces changements se passent dans le cours de la vie ordinaire plus ou moins inconsciemment, l’initiation consiste en ce fait que grâce à l’occultisme, l’homme apprend à connaître le moyen de procéder à ce travail en pleine conscience.« 

— Ce corps rarement formé chez la majorité des personnes, ne se rencontre que chez les saints ou les personnes ayant atteint une grande spiritualité. Il permet l’illumination spirituelle, la connaissance totale de toute chose et d’atteindre la conscience divine. Ce corps permet de rentrer en communication avec nos guides spirituels et nos anges. Il est relié au chakra frontal (3iem oeil).

7. Le corps atmique / Divin / l’ Homme-Esprit / L’Adam Kadmon

« Ce n’est pas avec la matière sous l’aspect de laquelle apparaît le corps physique que le Moi s’unit, mais avec les forces invisibles qui président à la croissance et à la mort du corps physique. Dans la vie ordinaire, ce travail du Moi sur le corps physique peut à peine être conscient. Il n’apparaît en pleine lumière et ne peut être vraiment
compris que lorsque, sur les conseils de l’occultisme, l’homme en prend lui-même consciemment la charge. Alors se manifeste en l’homme un troisième organisme spirituel que l’occultisme nomme l’Homme-Esprit par opposition à l’homme physique. La littérature théosophique lui donne le nom d’Atma
.

— Ce corps également appelé corps divin est le siège de la conscience cosmique. A ce stade, nous avons achevé le cycle des réincarnations. Nous ne faisons qu’un avec l’univers et faisons partie de la conscience de Dieu. Il est relié au chakra coronal.

Conclusion

Rudolf Steiner conclut ce chapitre en classifiant les différents éléments de l’être humain:
-> Les organismes corporels :
1) Le corps physique
2) Le corps éthérique
3) Le corps astral.
-> Les organismes psychiques :
3) l’âme-sensibilité (lié au corps astral) – forment un tout unique.
4) l’âme-raison (ou entendement) (lié au Moi qui n’a pas encore conscience de son essence spirituelle, divine)
5) l’âme-conscience (lié au Moi Spirituel) – forment un tout unique
-> Les organismes spirituels :
5) Moi-Spirituel,
6) l’Esprit de Vie,
7) L’ Homme Esprit

« Cette septuple division représente pour l’occultisme, uniquement le
résultat d’une observation supérieure. […] La nature humaine malgré son unité réelle, nous apparaît en sept principes ou plutôt sous sept aspects différents, exactement comme nous percevons la lumière en sept couleurs et le son en sept degrés. Et la superstition n’a rien à voir dans le premier cas de plus que dans les deux autres. « 

« Nous avons dit une fois déjà au cours d’un enseignement oral que la répartition de la lumière en sept couleurs est inexacte car il y a au delà du rouge et du violet des couleurs que l’œil ne perçoit pas mais qui n’en existent pas moins. On peut dire de même en considérant l’être humain que d’un côté l’homme se prolonge au delà du corps physique et que de l’autre il s’étend plus loin que l’homme-esprit. Mais ces prolongements sont aussi invisibles à l’observation spirituelle limitée, dont traite l’occultisme, au moins dans ses premières leçons, que les couleurs au delà du rouge et du violet sont invisibles pour l’œil physique. « 

« Cette remarque était nécessaire, car on croit trop facilement que l’occultisme traite légèrement les lois de la science naturelle. Avec une étude plus sérieuse, on s’aperçoit au contraire que jamais il n’existe une seule contradiction entre l’occultisme et la véritable science de la nature, lorsque nous étudions ou interprétons les vérités dont elle traite. »


A lire aussi : Le cycle de développement de chaque corps =>
https://lencreducoeur.wordpress.com/2020/11/03/cycle-de-lame-humaine-84-ans/



Publié par KevinPinton

Auteur - "L'encre du coeur" https://www.instagram.com/kevinpinton/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :